Cath' de la Borne, son interview suite au prix de l'album autoproduit 2009



CHANSON versant PRO
CHANSON PRO  Contact  autoproduction  interviews  forum 


album cath de la borne


Cath' de la Borne est la première lauréate des prix musicaux 2009. Avec CENSURE ET MOI, produit en 2008


CHANSON PRO : - Vos premiers concerts ?

Cath' de la Borne : - Bonjour à tous J 'ai commencé dans les bars ! mais j'ai acquis mes expériences à l'école de la rue.

- Pourquoi « Cath' de la Borne » ?

J'habite à quelques km de la Borne village de potiers et de nombreux artistes dans le Cher, c'est là que j' y ai rencontré mes musiciens qui jouaient dans un groupe "les freres raboins" et nous avons commencé nos répètes dans une petite salle à la borne. Cath' de la borne aussi parce qu'au départ nous étions quatre.


CHANSON PRO : - Votre parcours (résumé !) avant ce 2eme album CENSURE ET MOI ?

Cath' de la Borne : - J'ai commencé par des reprises et en 2005, j'ai auto produit mon 1er album "faudra pas l'dire à ma mère" qui m'a donné grande satisfaction ainsi qu'à mes musiciens qui se sont beaucoup investis dans sa réalisation.


- Le terme CENSURE est forcément engagé... pouvez vous développer ?

Quand j'écris des textes réalistes "l'humain dans son état ou censure et moi" je m'expose aux critiques et suis consciente que mes écrits peuvent plaire ou gèner. Je continue avant tout d'écrir ce que je ressens.


- Comment qualifier votre musique ?

Mon accordéoniste viens du Jazz manouche
mon guitariste, blues rock
mon contrebassiste, variété, et mes influences viennent du trad, musiques des pays de l'est, je fais un mélange de tous ces styles.



- Comment qualifier vos textes ?

J'écris des textes sur des personnages imaginaires où réels, je parle du quotidien de la vie d'hier et d'aujourd'hui. Je tire une sonnette d'alarme pour dire aux gens qu'il y a autre chose que les ronrons du quotidien.

- Que cherchez-vous à "faire passer" ?

L'amour et la vérité, je crie à l'injustice, je suis réaliste.

- Travaillez-vous avec des auteurs ?

Parfois oui, quand le texte me touche et qu'il m'interpelle, là je le travaille pour qu'il fasse partie de mon univers.

- Peut-on comprendre votre vie dans vos chansons ?

Si je ne me mets pas en scène directement dans mes chansons, il est bien évident que leur cadres et leurs actions sont fruits de ma culture, de mon vécu, de mon interprétation du monde qui m'entoure.

- Ambition artistique ?

laisser une trace.


- Vous vivez de la musique ?

non pas actuellement.


- Etes-vous membre PROFESSIONNELLE, DEFINITIVE ou "simple membre" (comme 100 000 autres !) de la sacem ?

Je suis simple membre


- Pensez-vous que ce soit une bonne chose que la profession auteur et compositeur soit représentée par 3000 membres PROFESSIONNELS ou DEFINITIFS ? Et 100 000 auxquels on demande leur signature dans les moments jugés difficiles ?

Ce n'est pas ma vision de la démocracie, il y en aura toujours qui resteront sur le carreau. Il est évident, voir logique que les 3000 sociétaires Pro et Définitifs défendent leur pré carré, souvent acquis grâce aux interêts communs des maisons de disques, des chaînes de radio et télés, etc...ceci notamment par le fait de co-signatures opportunes ou de cercles bien fréquentés. Seulement, quand le bateau commence à prendre l'eau, parce qu'il est difficile de lutter contre le piratage, puisque c'est le cas de l'appel à la pétition, effectivement on appelle au secours les obscurs, pourvu qu'ils fassent masse. A aucun moment on ne parle de répartir plus justement la manne, par contre. La SACEM, heureusement reconnue pour protéger les créateurs, n'en reste pas moins une société, avec un fonctionnement tel.

- Monter sur scène, c'est d’abord pour soi ? Pour se connaître ?

C'est d'abord en soi, ce sont des années de travail sur soi, on sait ou on n'sait pas et ça n'est pas donné à tout le monde il faut avoir l'esprit, c'est un don qui nous pousse à ce partage de l'art de la musique et de l'amour avec un public.


- Pensez-vous que la France soit médiatiquement prête à recevoir des artistes au goût prononcé pour l'indépendance ?

A part le réseau Radio France, qui permet heureusement de découvrir de nouveaux talents, quelques labels spécialisés, on peut penser que l'ensemble des médias obeit aux lois du marché...mais est ce que cela n'a pas toujours fonctionné comme çà, quelle que soit l'époque ?
Ceci dit, les initiatives locales, les réseaux (trad, rockabilly,etc...), les fanzines, les sites internet qui prennent les choses en main (merci Ternoise), et le fait qu'ils fonctionnent prouvent qu'il n'y a pas qu'un public "consommateur et manipulé", il ne s'agit pas de tomber dans le cliché. Le public est bien là, le reste est question d'éducation, peut être ?

Quant à l'auto production, est elle un choix délibéré ou la seule alternative possible pour se faire entendre, quand on n'épouse pas les standarts du formatage (look, textes rarement dérangeants, clips esthétiques et crétins, etc...) ?


- internet ?

je suis sur myspace et j'ai un site sous voila.fr (cathdelaborne)

- Où est distribué votre album ?

Pendant mes concerts, j'en dépose aussi dans des bars et des magasins Cultura de ma région..


- Dans quelles régions tournez-vous ?

la région centre et parisienne.


- Participez-vous aux festivals ?

oui, la fête de l'huma et le printemps de Bourges.


- Comment trouvez-vous "des dates" ?

Par le démarchage, le bouche à oreilles, encore le parcours du combattant...

- En avez-vous suffisamment pour le statut d'intermittente ?

non malheureusement mais j'espère.


- Avenir ?

Toucher le plus grand nombre de personnes avec mes chansons pour aller plus loin.



Commenter en notes douces

-COM1-- le 17 décembre 2015 à 17 : 14
par malleron : Bonjour.....
Quand pensez vous revenir chanter a Bourges.
Comment se procurer 1 CD.
Bisous. Maurice.

Cath de la Borne interview suite prix album autoproduit